Préparation des J.O de Grenoble : 50 ans déjà !

Retour sur le mois de février 1967 : depuis 3 ans, Grenoble se prépare à accueillir  les dixièmes  Jeux Olympiques d’hiver prévus du 6 au 18 février 1968. Un vaste programme d’urbanisme, de communication, d’aménagement des infrastructures routières et d’équipement sportif est mené tambour battant au prix d’un effort financier important. Les travaux s’étendent sur plus de 900 km², faisant appel à de nombreux entrepreneurs : on y rencontre du matériel Berliet au détour de chaque chantier !

La ville est idéalement située au croisement de trois massifs. Ainsi, c’est dans la station de Chamrousse que vont se dérouler les épreuves de ski alpin et à Autrans les épreuves de ski de fond, de biathlon, de saut à ski (petit tremplin de 70 mètres) et de combiné nordique. Saint-Nizier-du-Moucherotte accueille le grand tremplin de 90 mètres de saut à ski, l’Alpe d’Huez le bobsleigh et Villard-de-Lans la luge. Dans la ville de Grenoble auront lieu les épreuves de patinage artistique et de hockey au Stade de glace, tandis que le patinage de vitesse se déroulera sur l’anneau dans le parc Paul-Mistral. Construit pour célébrer la cérémonie d’ouverture, le Stade olympique, surmonté d’un escalier monumental aboutissant à la vasque de la flamme, sera immédiatement démonté après les Jeux.

Le village olympique :

Construits au sud de la ville, ces nouveaux immeubles sont prévus pour loger 16 700 athlètes, organisateurs et officiels. Après les jeux, le village olympique deviendra une Z.U.P de logements sociaux, ainsi qu’un campus universitaire. Les infrastructures les plus impressionnantes sont 7 grandes tours réalisées en éléments préfabriqués : chacune va sortir de terre en 2 mois. Le maître d’œuvre est l’entreprise Pascal, sise à Échirolles. Elle possède 67 camions Berliet.

Au pied de la tour, on peut voir un camion benne Berliet GBO

Le stade de glace

Renommé par la suite « Palais des sports » il est implanté à proximité du parc Paul-Mistral et peut accueillir 12 000 spectateurs. La couverture, très reconnaissable, est constituée de 4 dômes hyperboliques symétriques deux à deux, dont l’intersection en détermine un cinquième. La totalité de la voûte, d’un poids de 10 000 tonnes, est construite entre novembre 1966 et juillet 1967. La construction de l’édifice va demander  au total plus de 20 000 m3 de béton.

On peut voir  un Berliet GRK  reconverti en camion de transport de matériaux

 

Chamrousse : station vedette des jeux !

Le site étant destiné à recevoir les épreuves de ski alpin, d’importants travaux de terrassement sont entrepris pour aménager la « descente hommes », tracée à travers des barres rocheuses. La création du stade de slalom dans la cuvette du Recoin nécessite quant à elle le comblement d’un ravin et l’aplanissement de près de 200 000 m3 de roche. Concernant la station en elle-même, les principaux chantiers ont pour vocation l’aménagement des routes, l’hébergement, les services :  salle hors sac de 300 places, garage… ainsi qu’un vaste centre commercial dont le toit est aménagé en héliport prévu pour recevoir trois hélicoptères « Super-Frelons » et sept « Alouettes ». Un espace ORTF pour les transmissions radio et télévision est implanté au lieu-dit de « La Croix » (2 250 m) : notons que l’acheminement du matériel  de construction, des équipements techniques et des batteries pour le relais hertzien des PTT  est assuré par les camions Berliet de Jean-Pierre Barde,un entrepreneur chamroussien.

Monsieur Barde aux côtés de son Berliet GLM10

 

Grand tremplins de saut, piste de bobsleigh… des infrastructures imposantes :

Saint-Nizier-du-Moucherotte est le site d’un impressionnant tremplin de saut à ski de 90 m dont la construction délicate requiert un savoir-faire rigoureux.  L’arrête du voile de la piste d’élan est édifiée par coulée de béton continue avec coffrage glissant. La tour à l’extrémité contient des escaliers et un ascenseur pour accéder aux différentes plate-formes de départ. Elle est montée par élévation progressive, en la soulevant depuis la base.

Autre structure monumentale, la piste de Bobsleigh est réalisée sur les flancs du col du Poutran (20130 m), à la périphérie de l’Alpe d’Huez. Ses dimensions sont impressionnantes : longue de 1 500 m, elle va dérouler ses 6 virages, son labyrinthe et ses 4 courbes sur 140 m de dénivelé. Pour sa construction, l’entreprise Manin produit les éléments enrobés ou préfabriqués  dans la carrière du Vénéon, près de Bourg d’Oisan, 20 km plus bas (800 m de dénivelé). Les matériaux  sont ensuite acheminés par tracteur Berliet, à raison de 5 voyages par jour.

A gauche : le tremplin de saut  à Saint-Nizier – A  droite : la piste de bobsleigh de L’Alpe d’Huez

 

Travaux routiers tout azimut !

Depuis 1965, les abords de la l’agglomération grenobloise et des stations « hôtes » sont un vaste chantier : des déviations sont construites, plusieurs voies d’accès sont élargies, des tronçons sont aplanis afin de limiter les pentes, des virages sont modifiés, etc. Parmi ces travaux,  notons l’élargissement de la fameuse montée de l’Alpe d’Huez, ainsi qu’une déviation de 3,5 kilomètres permettant  d’atteindre la piste de bobsleigh sans traverser le village.

Travaux sur la montée de l’Alpe d’Huez  vers l’église de St Ferréol, à la hauteur du virage n°7

 

 

Découvrez d’autres photos dans le diaporama !

 
 
 
 

La boutique

Pour offrir ou pour votre plaisir, profitez de notre selection d’articles...


 
Livres et publications Berliet Livres & publications DVD et multimédias Berliet DVD & Multimédias Maquettes et miniatures Berliet Maquettes & Miniatures Affiches et gravures Berliet Affiches & gravures Objets de collection Berliet Objets de collection Cartes postales Berliet Cartes postales

Paiement en ligne
100% sécurisé par la banque CIC.