Pour la sauvegarde et la valorisation de notre Culture Industrielle

Fondation de l'Automobile Marius Berliet

« Je roule pour vous » : été 1966

Direction : la plage !

En 1966, le parc automobile – voitures et camions – était en progression très forte mais le réseau autoroutier presque inexistant, les routes étroites et souvent mal sécurisées, ne permettaient pas une circulation facile. Lors des week-ends et des grands départs, la route Nationale 7 était encombrée d’une procession de voitures, camions, cars et caravanes coincés dans les traversées des villes et villages où la route « passait à la rue ».

05

Rappelons également qu’à l’époque, la vitesse n’était pas limitée, les voitures construites sans sécurité passive, et surtout sans ceintures de sécurité. Le bilan des accidents était effroyable : en 1966, 14 180 personnes perdirent la vie sur les routes de France (3 645 en 2012).

Automobilistes et routiers : une antipathie grandissante…

Les automobilistes reprochaient aux routiers de s’accaparer les routes avec leurs camions sales et fumants qui se trainaient dans les côtes puis accéléraient dans les lignes droites, rendant le dépassement dangereux.

Les routiers reprochaient aux automobilistes leur inexpérience de « conducteurs du dimanche » et leurs maladresses imprévisibles.

07

Comment faire coexister « pacifiquement » les milliers de vacanciers et les camions qui circulaient pendant la période estivale ?

Berliet, compte-tenu de sa position de leader, a voulu défendre la cause de l’ensemble de la profession en valorisant le service irremplaçable rendu à la communauté par le transport routier. Cette promotion était une démarche originale qui devait toucher un maximum d’usagers à la veille des vacances d’été.

Par quel moyen ?

Des autocollants de couleur jaune au graphisme noir, lisible « Je roule pour vous » placés à l’arrière des camions étaient une idée simple, peu coûteuse et d’une diffusion très large, puisque le « support » sillonnait les routes en permanence. Le nom « Berliet » n’apparaissait pas mais était suggéré à travers les couleurs et les caractères propres à la marque.17

Grâce à son côté « universel », cette campagne a attiré immédiatement la vive sympathie des utilisateurs de véhicules utilitaires – toutes marques confondues – qui s’empressèrent d’aller retirer les autocollants auprès des concessionnaires et succursales. Quant à la population en général, un sondage effectué par la suite confirmait un impact très positif.

Nous tenons à remercier Jean-Pierre Bernelin pour ses informations.

Tous les détails de la campagne « Je roule pour vous » : cliquez ici