Pour la sauvegarde et la valorisation de notre Culture Industrielle

Fondation de l'Automobile Marius Berliet

Catastrophe de Fréjus 1959 : les Unic de la solidarité

Rupture du barrage de Malpasset : 2 décembre 1959

Depuis 15 jours, en cette fin d’automne 1959, de très fortes précipitations sévissent dans le département du Var. Elles viennent accroître de façon inquiétante le volume de retenue du nouveau barrage de Malpasset construit 5 ans plus tôt sur la rivière du Reyran, à 10 km au nord de Fréjus.

 

Barrage de Malpasset en 1958

 

Barrage de Malpasset en 2014

 

Retour sur un cauchemar liquide

Le 2 décembre 1959 : le niveau d’eau monte très rapidement (4 m en 24 h). Il est décidé néanmoins de ne pas ouvrir la vanne de vidange pour éviter des dommages au chantier de construction du pont de l’autoroute A8, situé 1 km en aval. Finalement la vanne est ouverte à 18 h mais l’effet est insignifiant. Le barrage se fissure puis cède soudainement à 21 h 13.

Extrait de « Barrage de Malpasset de la conception à la rupture » ,Vito Valenti et Alfred Bertini, hors série n°3 de la Société d’histoire de Fréjus, 2003 :
« Un homme s’est trouvé en toute première ligne. Il s’agit d’André Ferro, le gardien. Sa maison se situait à 2 km et demi en aval. (…). Il sait que le barrage est plein jusqu’au débordement malgré la vanne du déversoir ouverte au maximum. Il est inquiet. Il s’apprête à remonter au barrage pour s’assurer que tout est normal. C’est à ce moment qu’il entend « comme une sorte de grognement d’animal », un craquement sinistre. Le sol vibre sous lui. Tout de suite, le gardien comprend. Il crie : « Le barrage ! Vite! Tout va s’écrouler !  » Saisissant son petit garçon déjà couché, il s’élance suivi de sa femme vers le haut de la colline.Une cataracte de 50 millions de mètres-cubes d’eau et de 40 m de haut s’engouffre dans la vallée du Reyran à une vitesse de 70 km/h, dévastant tout sur son passage. En un quart d’heure, la déferlante, haute de 7 mètres, envahit les quartiers ouest de Fréjus puis le centre-ville, totalement privé d’électricité et de téléphone. A 21 h 40, la vague se perd dans la mer, charriant toutes sortes de débris et des dizaines de cadavres.

Paris-Match 1959

Bilan de la catastrophe, 423 morts, dont :

27 non identifiés,
135 enfants de moins de quinze ans,
15 jeunes de 15 à 21 ans,
134 adultes hommes,
112 adultes femmes.

7000 sinistrés et sans-abris,

– 951 immeubles touchés, dont 155 entièrement détruits.
– 185 fermes et bâtiments d’exploitation détruits.

Premiers arrivés sur les lieux, les militaires des bases locales ainsi que des hélicoptères de l’armée américaine basés dans les environs s’occupent de porter secours aux survivants, mais aussi de dégager les corps des victimes. Le plan ORSEC est déclenché.

Hommes et camions dans un élan de solidarité

Journal Les routiers 1960

Avant que les premières informations n’arrivent dans les journaux, les routiers sont alertés par les émissions de radio de nuit. Chauffeurs de camions, d’engins de travaux et entreprises de transports offrent spontanément leurs services et montent une campagne d’entraide, l’opération « SOS Fréjus », appuyée par l’organisme « Les Routiers ». De grandes marques de véhicules utilitaires mettent également du matériel et de la main-d’œuvre à disposition mais en toute discrétion, comme le signale un article du journal « Les Routiers » de janvier 1960 : « Précisons que les offres de ces constructeurs n’ont pas été accompagnées de publicités tapageuses qui ne sont pas dans la tradition des routiers ».

UNIC Izoard et Verdon sur les lieux du désastre…

Dans les jours de nettoiement et de reconstruction qui suivent le drame, la marque UNIC engage 10 camions de sa série « Alpes ». Le constructeur n’ayant fait aucune annonce à ce sujet, nous n’avons que quelques photographies pour attester de cette démarche, une occasion de les publier et de mettre également en avant l’excellente mécanique de ces beaux véhicules, à travers quelques pages de dépliants d’époque.

 

Fréjus 1959 Unic Verdon

 

 

Unic Izoard Fréjus 1959

 

Ironie du sort, le dépliant publicitaire Unic de la gamme « Izoard » et « Verdon », édité 7 mois avant la catastrophe, montre un chantier de construction de barrage…

Dépliant Unic 1959

Galerie photos (cliquez pour agrandir)